La vieille femme, le scarabée, le renard, la biche et la mort.

Certains romancier.es ont la capacité à nous offrir d’entrer en complète intimité avec leurs personnages, de nous permettre, presque en osmose, de ressentir leurs états d’âmes, leurs pensées, sans aucune trace de voyeurisme, juste par le style et l’empathie qu’ils dispensent. C’est le cas d’Olga Tokarczuk, Prix Nobel 2018 de littérature, trop méconnue encore ! Dans les ossements des morts, on se promène dans la campagne polonaise, dans une vallée montagnarde secouée de vents violents en toute saison. Seuls l’astrologie, la proximité avec la frontière tchèque et l’amitié pour quelques originaux sauve la narratrice de la grande solitude. La trame policière n'est en fait qu'une toile de fond prétexte à un portrait corrosif de la société polonaise des marges, et de façon plus universelle, à une fable sur notre rapport à la nature et aux animaux.

Olga Tokarczuk, l’auteure pourtant Prix Nobel est traitée, dans son pays, la Pologne, comme une ennemie par le pouvoir actuel, qui évite de prononcer son nom. Elle revendique et assume cette hostilité en soulignant que c’est la mission de l’écrivain de soulever ce qui se cache sous le tapis. Dans les transports en commun de sa ville natale, le jour où elle a reçu le Prix Nobel de littérature, les gens ayant un livre d’Olga Tokarczuc sur eux se voyaient offrir le voyage…

Citation "Il y a un vieux remède contre les cauchemars qui hantent les nuits, c’est de les raconter à haute voix au-dessus de la cuvette des W.-C., puis de tirer la chasse."

OPAC Recherche Simple